Apprendre à inhiber : une pédagogie innovante au service des apprentissages scolaires fondamentaux (mathématiques et orthographe) chez des élèves de 6 à 11 ans

RECHERCHE EXPÉRIMENTALE

Amélie LUBIN, Céline LANOË, Arlette PINEAU et Sandrine ROSSI

Certaines situations scolaires sont source de conflit cognitif entre deux savoirs ; des connaissances nouvelles interférant avec des connaissances anciennes. Pour surmonter ce conflit, l’élève doit inhiber la stratégie apprise antérieurement, devenue inefficace, au bénéfice d’une nouvelle stratégie pertinente. Certains blocages, erreurs ou difficultés des élèves nous ont incitées à transférer au monde de la classe des outils centrés sur l’apprentissage à l’inhibition, déjà éprouvés en laboratoire à l’aide de techniques comportementales et d’imagerie cérébrale. Ce projet a pris forme dans le cadre d’un partenariat scientifique entre l’Inspection Académique du Calvados (France) et le Laboratoire de Psychologie du Développement et de l'Éducation de l'enfant (LaPsyDÉ). Nous proposons une démarche pédagogique innovante d’apprentissage à l’inhibition réalisée en classe dans deux domaines scolaires différents (mathématiques et orthographe) avec des élèves de 6 à 11 ans. En partant d’erreurs récurrentes observées par les enseignants chez leurs élèves, nous avons élaboré un dispositif didactique expérimental d’apprentissage à l’inhibition dont nous avons testé l’efficacité. Les résultats de ces deux études mettent en évidence l’avantage d’un apprentissage à l’inhibition par rapport à un apprentissage classique. Ainsi, sensibiliser le terrain éducatif à l’importance du contrôle cognitif dans les apprentissages est fondamental pour permettre aux élèves d’apprendre à mieux apprendre.

Lubin, A., Lanoë, C., Pineau, A., & Rossi, S. (2012). Apprendre à inhiber : une pédagogie innovante au service des apprentissages scolaires fondamentaux (mathématiques et orthographe) chez des élèves de 6 à 11 ans. Neuroéducation, 1(1), 55-84.   [PDF]