Autorégulation cognitive chez l’enfant avec un trouble déficitaire de l’attention et hyperactivité (TDAH) : revue des études en imagerie cérébrale fonctionnelle

2007-04-01_Émond2007.jpg

Émond, V., Poissant, H., Mendrek, A., & Raîche, G. (2007). Autorégulation cognitive chez l’enfant avec un trouble déficitaire de l’attention et hyperactivité (TDAH) : revue des études en imagerie cérébrale fonctionnelle. Revue de neuropsychologie, 17(2), 181-206.

Résumé

L’apprentissage de la régulation des processus cognitifs se traduit entre autres par l’exercice d’un contrôle conscient (« méta ») sur les processus de compréhension, d’attention et de mémoire. Fernandez-Duque, et al. (2000a) et Nelson (1996) conçoivent la « régulation métacognitive » (metacognitive regulation) en termes de processus exécutifs coordonnant la cognition. Ceci inclut les processus cognitifs ascendants aussi appelés « monitorage cognitif » et les processus cognitifs descendants appelés « contrôle cognitif ». Par ailleurs, des difficultés au niveau du contrôle cognitif sont de plus en plus rapportées dans la littérature sur le TDAH, tout comme le sont les difficultés d’inhibition qui seraient liées à ce contrôle selon le modèle de Nelson (1996). Des liens sont également soupçonnés au niveau de la mémoire de travail (MT) et de l’autorégulation puisque le temps laissé par l’inhibition permet la mise en place d’une mémoire ou d’un langage interne où peut se réaliser l’autorégulation cognitive. De plus, les données de la neuroimagerie structurelle et fonctionnelle (Bush et al., 1999; Durston et al., 2003; Rubia et al., 1999, 2000 et 2002; Bush et al., 2005) permettent de trouver des corrélats neurologiques aux déficits et de déterminer des différences d’activation cérébrale. Nous tenterons ici d’aborder ces questions plus précisément en lien avec l’autorégulation cognitive chez l’enfant avec un TDAH.

Pour accéder à l'article (abonnement requis), cliquez ici.